retour accueil
se connecter à l´espace abonné
  ok
  retour à l´accueil Espace artisanat » Les actions et propositions des CMA
 
Espace artisanat   Réduire 
   

 
 Les actions des CMA en faveur de l'artisanat Imprimer    
 

Président Alain Griset,
interviewé le 20 octobre 2008
au cours des Assises régionales de l’Artisanat à Rennes.

La « Première entreprise de France » compte 920 000 entreprises en 2007. En Europe, 98% des entreprises sont des entreprises à caractère artisanal ou des PME (1 à 20 salariés). Pour autant, les décideurs économiques et politiques, qu’ils soient hexagonaux ou européens, gardent encore l’habitude de ne bâtir l’essentiel de leur programme que pour les grandes entreprises.

Renforcer la prise en compte de l’artisanat

Aussi, la première mission de l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de son président, Alain GRISET, est d’agir en faveur de la reconnaissance du secteur de l’artisanat en tant que force économique, politique et sociale, pour que les réglementations puissent véritablement soutenir le développement des entreprises artisanales. L’APCMA exerce, auprès des pouvoirs publics, une action de soutien des intérêts des chambres de métiers et de l'artisanat pour que leurs attentes et celles des entreprises artisanales soient prises en compte dans l’ensemble des lois et réglementations.

Parallèlement, elle exerce une veille parlementaire qui lui permet d’intervenir le plus efficacement possible dans la préparation des textes de loi concernant le secteur.

L'APCMA représente les chambres de métiers et de l'artisanat au niveau national, européen et international. Au service des chambres de métiers et de l'artisanat, ses instances animent le réseau, développent des actions collectives et des services communs. C'est un établissement public qui communique au Secrétariat d'état aux entreprises et au commerce extérieur toutes ses délibérations dont l'action concerne l'artisanat.

Pour répondre à la décentralisation, les chambres de métiers et de l’artisanat ont renforcé leur échelon régional en donnant aux chambres régionales les moyens de représentation et de fonctionnement qui leur permettront de jouer leur rôle auprès des Régions dans les projets de développement économique et de formation.

Agir au niveau de l’Europe

Alors que plus de 80% de la législation concernant le secteur de l’artisanat sont élaborés au niveau européen, l’APCMA est non seulement présente directement auprès des instances européennes, mais également au sein de l’organisation européenne fédératrice : l’UEAPME, Union européenne de l’artisanat et des PME.

Force de propositions, l’APCMA, fait entendre sa voix auprès des instances européennes afin que des mesures urgentes et nécessaires soient adoptées pour améliorer l'environnement général des entreprises :

  • promouvoir l’esprit d’entreprise dans la politique et la société par un changement de culture
  • améliorer l’appui à la création et transmission des entreprises artisanales
  • améliorer l'accès aux  financements
  • renforcer la formation initiale et continue et mettre en place un véritable Erasmus des apprentis.

Au sein de l’UEAPME dont il est le président de la Commission Formation, Alain Griset a initié un programme d’action offensif afin de promouvoir la formation par l’apprentissage, l’éducation à l’esprit d’entreprise, la validation des acquis et l’orientation professionnelle, ainsi qu’un statut de l’apprenti.

Refondation de l’apprentissage

L’ensemble des réformes en cours, engagées par les pouvoirs publics, ont simplifié et rendu plus accessible l’apprentissage. Avec les chambres de métiers et de l’artisanat, l’APCMA a largement contribué au Livre Blanc qui a précédé ces décisions. Elle s’est engagée dans le soutien aux pouvoirs publics pour atteindre l’objectif de 500 000 apprentis.

L’apprentissage est reconnu comme une voie de formation directement liée à l’embauche et son développement comme l’une des conditions indispensables au retour du plein emploi dans notre pays et à l’intégration et la promotion professionnelle et sociale des jeunes dans le monde du travail.

Depuis la rentrée de septembre 2005, les jeunes apprentis bénéficient, pour la première fois, d’un véritable statut d’étudiant. Dans le cadre de la simplification, les contrats d’apprentissage sont directement enregistrés dans les chambres de métiers et de l’artisanat. Les efforts des entreprises et des maîtres d’apprentissage pour le développement de l’apprentissage sont mieux reconnus.

Enfin, au-delà des contrats d’objectifs et de moyens, dont l’APCMA se félicite, et dont on commence à mesurer les premiers résultats au fil des conventions signées dans les régions, l’APCMA reste vigilante à ce que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires pour assurer aux centres de formation d’apprentis le minimum de ressources qui a été estimé en son temps à 3500 € par apprenti et par an.

Pour la réussite du plan de rénovation de l’apprentissage, l’APCMA sera attentive

  • à l’ouverture des collèges et lycées à la découverte des métiers,
  • à l'achèvement de la réforme de la taxe d’apprentissage et des circuits financiers, ceci afin d’assurer une plus grande équité,
  • à la reconnaissance de la fonction formatrice de l’entreprise et du maître d’apprentissage,
  • au développement de séquences d’apprentissage dans d’autres pays de l’Union européenne.

Parmi les mesures annoncées dans le plan, les chambres participeront avec détermination à la création dans chaque région d’une université des métiers, en partenariat étroit avec les conseils régionaux, les organisations professionnelles et le monde univeritaire, afin de développer l’esprit d’entreprise et de former aux techniques de gestion et de management les futurs créateurs et repreneurs d’entreprises. Ils constitueront des repères pour les jeunes et leurs familles à la recherche d’une information sur les métiers ou d’une formation qualifiante pour les demandeurs d’emploi.

L’entreprise individuelle et le statut du conjoint

La loi « en faveur des petites et moyennes entreprises » portée par le ministre des PME, du Commerce, de l’Artisanat, des Professions libérales et de la Consommation, comporte des dispositions qui répondent directement aux demandes de l’artisanat.

Parmi les mesures importantes :

  • le statut pour tous les conjoints d’artisans permettant de bénéficier d’une couverture sociale, de droits propres et de formation, entre progressivement en application,
  • la création du statut de tuteur en entreprise pour favoriser les conditions de la transmission d’entreprise et l’instauration d’une prime à la transmission d’entreprise,

Restent en attente :

  • la formation des artisans avant leur installation dont les conditions seront prochainement précisées,
  • l’extension du statut de « gérant mandataire » aux artisans,
  • la possibilité de réaliser des provisions pour investissement,
  • l’amélioration du statut de l’entrepreneur individuel.

La loi PME résulte d’une large concertation avec le ministre de l’Artisanat. L’APCMA souhaite poursuivre le dialogue constructif sur les sujets importants comme les plus-values professionnelles.

Des actions nationales et européennes

L’Assemblée permanente anime auprès du réseau et de ses partenaires des actions d’envergure nationale et européenne comme la Semaine Nationale de l’Artisanat qui a lieu au printemps et la Semaine de la création reprise à l’automne. Elle co-organise, avec le Sénat, les Rencontres Sénatoriales de l’Apprentissage. Pour promouvoir l’artisanat en Europe, les chambres de métiers françaises et allemandes se réunissent lors des Rencontres franco allemandes organisées tous les trois ans.

Lieu d’expression, de débats, d’études et de synthèses, l’APCMA est le partenaire des organisations professionnelles du secteur et celui des pouvoirs publics. L’assemblée permanente joue un rôle de porte-parole, d’animateur et de conseil auprès des chambres de métiers et de l’artisanat. Elle assure la mise en œuvre de leur projet politique et des décisions prises par les instances.

De nombreux services sont communs à toutes les chambres, études et actions économiques, apprentissage et formation, questions juridiques, statut de l’artisan, qualification, formalités administratives.

Pour simplifier la recherche d’information, un numéro d’appel commun, le 0 825 36 36 36 permet de prendre en compte les questions du grand public.

APCMA, Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l'Artisanat
12 avenue Marceau, 75008 Paris
Tel : 01 44 43 10 00 – Fax : 01 47 20 34 48
Courriel : comm@apcm.fr


retour en haut de page


Président Alain Griset,
interviewé le 20 octobre 2008
au cours des Assises régionales de l’Artisanat à Rennes.

La « Première entreprise de France » compte 920 000 entreprises en 2007. En Europe, 98% des entreprises sont des entreprises à caractère artisanal ou des PME (1 à 20 salariés). Pour autant, les décideurs économiques et politiques, qu’ils soient hexagonaux ou européens, gardent encore l’habitude de ne bâtir l’essentiel de leur programme que pour les grandes entreprises.

Renforcer la prise en compte de l’artisanat

Aussi, la première mission de l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de son président, Alain GRISET, est d’agir en faveur de la reconnaissance du secteur de l’artisanat en tant que force économique, politique et sociale, pour que les réglementations puissent véritablement soutenir le développement des entreprises artisanales. L’APCMA exerce, auprès des pouvoirs publics, une action de soutien des intérêts des chambres de métiers et de l'artisanat pour que leurs attentes et celles des entreprises artisanales soient prises en compte dans l’ensemble des lois et réglementations.

Parallèlement, elle exerce une veille parlementaire qui lui permet d’intervenir le plus efficacement possible dans la préparation des textes de loi concernant le secteur.

L'APCMA représente les chambres de métiers et de l'artisanat au niveau national, européen et international. Au service des chambres de métiers et de l'artisanat, ses instances animent le réseau, développent des actions collectives et des services communs. C'est un établissement public qui communique au Secrétariat d'état aux entreprises et au commerce extérieur toutes ses délibérations dont l'action concerne l'artisanat.

Pour répondre à la décentralisation, les chambres de métiers et de l’artisanat ont renforcé leur échelon régional en donnant aux chambres régionales les moyens de représentation et de fonctionnement qui leur permettront de jouer leur rôle auprès des Régions dans les projets de développement économique et de formation.

Agir au niveau de l’Europe

Alors que plus de 80% de la législation concernant le secteur de l’artisanat sont élaborés au niveau européen, l’APCMA est non seulement présente directement auprès des instances européennes, mais également au sein de l’organisation européenne fédératrice : l’UEAPME, Union européenne de l’artisanat et des PME.

Force de propositions, l’APCMA, fait entendre sa voix auprès des instances européennes afin que des mesures urgentes et nécessaires soient adoptées pour améliorer l'environnement général des entreprises :

  • promouvoir l’esprit d’entreprise dans la politique et la société par un changement de culture
  • améliorer l’appui à la création et transmission des entreprises artisanales
  • améliorer l'accès aux  financements
  • renforcer la formation initiale et continue et mettre en place un véritable Erasmus des apprentis.

Au sein de l’UEAPME dont il est le président de la Commission Formation, Alain Griset a initié un programme d’action offensif afin de promouvoir la formation par l’apprentissage, l’éducation à l’esprit d’entreprise, la validation des acquis et l’orientation professionnelle, ainsi qu’un statut de l’apprenti.

Refondation de l’apprentissage

L’ensemble des réformes en cours, engagées par les pouvoirs publics, ont simplifié et rendu plus accessible l’apprentissage. Avec les chambres de métiers et de l’artisanat, l’APCMA a largement contribué au Livre Blanc qui a précédé ces décisions. Elle s’est engagée dans le soutien aux pouvoirs publics pour atteindre l’objectif de 500 000 apprentis.

L’apprentissage est reconnu comme une voie de formation directement liée à l’embauche et son développement comme l’une des conditions indispensables au retour du plein emploi dans notre pays et à l’intégration et la promotion professionnelle et sociale des jeunes dans le monde du travail.

Depuis la rentrée de septembre 2005, les jeunes apprentis bénéficient, pour la première fois, d’un véritable statut d’étudiant. Dans le cadre de la simplification, les contrats d’apprentissage sont directement enregistrés dans les chambres de métiers et de l’artisanat. Les efforts des entreprises et des maîtres d’apprentissage pour le développement de l’apprentissage sont mieux reconnus.

Enfin, au-delà des contrats d’objectifs et de moyens, dont l’APCMA se félicite, et dont on commence à mesurer les premiers résultats au fil des conventions signées dans les régions, l’APCMA reste vigilante à ce que les pouvoirs publics prennent les mesures nécessaires pour assurer aux centres de formation d’apprentis le minimum de ressources qui a été estimé en son temps à 3500 € par apprenti et par an.

Pour la réussite du plan de rénovation de l’apprentissage, l’APCMA sera attentive

  • à l’ouverture des collèges et lycées à la découverte des métiers,
  • à l'achèvement de la réforme de la taxe d’apprentissage et des circuits financiers, ceci afin d’assurer une plus grande équité,
  • à la reconnaissance de la fonction formatrice de l’entreprise et du maître d’apprentissage,
  • au développement de séquences d’apprentissage dans d’autres pays de l’Union européenne.

Parmi les mesures annoncées dans le plan, les chambres participeront avec détermination à la création dans chaque région d’une université des métiers, en partenariat étroit avec les conseils régionaux, les organisations professionnelles et le monde univeritaire, afin de développer l’esprit d’entreprise et de former aux techniques de gestion et de management les futurs créateurs et repreneurs d’entreprises. Ils constitueront des repères pour les jeunes et leurs familles à la recherche d’une information sur les métiers ou d’une formation qualifiante pour les demandeurs d’emploi.

L’entreprise individuelle et le statut du conjoint

La loi « en faveur des petites et moyennes entreprises » portée par le ministre des PME, du Commerce, de l’Artisanat, des Professions libérales et de la Consommation, comporte des dispositions qui répondent directement aux demandes de l’artisanat.

Parmi les mesures importantes :

  • le statut pour tous les conjoints d’artisans permettant de bénéficier d’une couverture sociale, de droits propres et de formation, entre progressivement en application,
  • la création du statut de tuteur en entreprise pour favoriser les conditions de la transmission d’entreprise et l’instauration d’une prime à la transmission d’entreprise,

Restent en attente :

  • la formation des artisans avant leur installation dont les conditions seront prochainement précisées,
  • l’extension du statut de « gérant mandataire » aux artisans,
  • la possibilité de réaliser des provisions pour investissement,
  • l’amélioration du statut de l’entrepreneur individuel.

La loi PME résulte d’une large concertation avec le ministre de l’Artisanat. L’APCMA souhaite poursuivre le dialogue constructif sur les sujets importants comme les plus-values professionnelles.

Des actions nationales et européennes

L’Assemblée permanente anime auprès du réseau et de ses partenaires des actions d’envergure nationale et européenne comme la Semaine Nationale de l’Artisanat qui a lieu au printemps et la Semaine de la création reprise à l’automne. Elle co-organise, avec le Sénat, les Rencontres Sénatoriales de l’Apprentissage. Pour promouvoir l’artisanat en Europe, les chambres de métiers françaises et allemandes se réunissent lors des Rencontres franco allemandes organisées tous les trois ans.

Lieu d’expression, de débats, d’études et de synthèses, l’APCMA est le partenaire des organisations professionnelles du secteur et celui des pouvoirs publics. L’assemblée permanente joue un rôle de porte-parole, d’animateur et de conseil auprès des chambres de métiers et de l’artisanat. Elle assure la mise en œuvre de leur projet politique et des décisions prises par les instances.

De nombreux services sont communs à toutes les chambres, études et actions économiques, apprentissage et formation, questions juridiques, statut de l’artisan, qualification, formalités administratives.

Pour simplifier la recherche d’information, un numéro d’appel commun, le 0 825 36 36 36 permet de prendre en compte les questions du grand public.

APCMA, Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l'Artisanat
12 avenue Marceau, 75008 Paris
Tel : 01 44 43 10 00 – Fax : 01 47 20 34 48
Courriel : comm@apcm.fr


retour en haut de page

 

 
Sur artisanat.fr, retrouvez les différentes mesures qui sont menées pour la promotion de l’artisanat français et européen (ex. : nouvelle législation sur l’entreprise individuelle et le statut pour les conjoints d’artisans, refondation de l’apprentissage).
Sur artisanat.fr, retrouvez les différentes mesures qui sont menées pour la promotion de l’artisanat français et européen (ex. : nouvelle législation sur l’entreprise individuelle et le statut pour les conjoints d’artisans, refondation de l’apprentissage).
 
Cliquez ici pour voir l'animation
 
 
Cliquez ici pour voir l'animation