retour accueil
se connecter à l´espace abonné
  ok
  retour à l´accueil Espace jeunes » Réussir ma formation » Erasmus +
 
Espace jeunes   Réduire 
   

 
 Erasmus + Imprimer    
 


Visite d’étude sur l’innovation pédagogique en Islande
Un groupe de 15 personnes composé de directeurs de CFA, formateurs et référents mobilité s'est rendu du 13 au 17 mars dernier à Reykjavik. Cette rencontre a permis de découvrir le système de formation professionnelle islandais, de visiter la finale nationale des Olympiades des métiers et d'échanger sur les pratiques pédagogiques. Découvrez les impressions et les témoignages des participants à ce voyage.

Témoignages

Dominique MOUGENOT -  Coordinateur pédagogique – CFA d’Epinal
« A 52 ans, c’est mon 1er grand voyage…. Je n’avais jamais pris l’avion et c’est une très belle expérience. Cela m’a permis de vivre ce qu’un jeune en mobilité peu ressentir. J’avais beaucoup d’a priori et voyager en Islande a été une sacrée étape pour moi. Je suis bien content de l’avoir fait ! Et puis, ce voyage me permet de prendre du recul sur ma pratique car ce n’est pas tous les jours qu’on a le temps. Je pensais qu’en France nous n’étions pas au niveau à force de nous parler des modèles nordiques et allemands, et je m’aperçois que notre pratique de l’alternance est très avancée. En Islande, les périodes en entreprise sont très longues (entre 1 an et 1,5 an pour un cuisinier) avec des périodes de 6 mois en école. En France nous sommes dans la mixité et une meilleure répartition entre l’école et l’entreprise. En venant en Islande, je pensais trouver une avancée de 3 à 5 ans pour me permettre de me projeter mais cela n’est pas le cas. Cet échange me conforte dans le sens que je donne à mon travail.  J’ai été étonné que l’on parle de qualité/service client, alors qu’en France il y a centration sur le jeune. Enfin, la langue est un faux problème pour voyager ! »

 

Nathalie BLANC – Responsable pédagogique – CFA du BEAUSSET (83)- URMA PACA
« Ce voyage est l’occasion pour moi de découvrir l’univers Erasmus. J’ai eu un très bon ressenti : nous avons été très bien accueillis et les intervenants se sont adaptés à nos demandes et à nos questions. C’est dommage que la visite en entreprise n’ait pas pu avoir lieu mais la visite de l’école a été très instructive. C’est très intéressant de voir les espaces, l’environnement dans lesquels évoluent les jeunes. J’ai pu prendre des photos de situations pédagogiques, de configuration de salle de classe, d'affichage"- qui seront transférables ou bien qui peuvent questionner? et que j'ai voulu le partager de manière instantanée avec mes collègues restés en France. »

 

Florence TAVARD FAVRELIERE – Directrice CFA Niort
« On rêve beaucoup des pays nordiques et de leur mode d’éducation mais quand on parle « alternance », notre modèle n’est pas si mauvais. On a une très bonne base même si c’est perfectible. Nous devons progresser sur notre capacité à rendre plus visible les choses. Nous devons voir le verre plein plutôt que vide et avoir confiance en nos jeunes, en nos équipes et en l’entreprise. Et se dire que notre objectif  c’est de rendre le jeune autonome et ça les Islandais l’ont bien compris. Nous devons changer notre posture : dans les animations de classe, il faut mettre les jeunes plus en activité, les mettre en recherche permanente et améliorer encore notre lien avec les entreprises. Il faut améliorer, développer notre système même si nous sommes sur le bon chemin. L’Islande repense ses périodes d’alternance centre entreprise jugées trop longues et ne favorisant pas le lien avec l’entreprise. Là, où nous avons beaucoup à apprendre de l’Islande, c'est au niveau système de financement et sa construction, travailler en amont les référentiels avec les entreprises en partenariat avec les collèges d’employeurs et de salariés pour l’ensemble des diplômes. Ceci permettrait à chacun une plus grande exigence et un meilleur fonctionnement. Les entreprises et les centres de formation ne pourraient plus se renvoyer la balle de ce qui ne fonctionne pas. »

 

Olivia MENARD – Formatrice et animatrice pédagogique - CFA Poitiers
« J’ai apprécié les échanges au sein du groupe, le contact humain a été facile même en groupe mixé nous avons échangé tous et tous ensemble. Comme il y avait plusieurs points de vue et des approches pluridisciplinaires (formateurs, référent pédagogique, Secrétaire général et directeur), cela a été très riche. Lors des différentes présentations du système islandais, on perçoit une "positive attitude". Pour les islandais, les difficultés ne sont pas vues comme des obstacles mais comme des opportunités pour progresser. Les mots clés que je retiendrai de mon voyage sont : efficacité, amélioration permanente et dialogue. »

 

Luc GARCIA – Référent mobilité – CFAI de Lezignan
« J’ai apprécié les échanges entre nous dès la réunion du mois de janvier à l’APCMA avant même de faire notre voyage en l’Islande. J’ai ressenti une bonne cohésion d’équipe et une liberté de parole. La présentation de la situation économique en Islande m’a permis de contextualiser les informations reçues. En effet, comme il y a le plein emploi, le système d’alternance est à la traine. Je n’ai vus que peu de choses transposables car notre système est en avance mais il est masqué par le taux de chômage.
La barrière de la langue s’est vite estompée, je n’ai pas eu de problème de compréhension. Hélène Gray à IDAN a été 100% disponible pour nous. Le soir nous avons pu profiter pour découvrir la vie islandaise et les paysages. Cela fait aussi parti d’un voyage d’étude ! J’envisageais de pendre des contacts en Islande pour une mobilité mais le coût de la vie est trop élevé. Les jeunes ne pourraient pas profiter de la vie sociale du pays. Nous avons rencontré des jeunes qui ont dû trouver un boulot en plus de la bourse Erasmus + pour pouvoir payer leur loyer très élevé. Quand j’emmène un groupe, il faut partager le temps entre immersion en entreprise, sortie, activité mais tout est cher en Islande !  »

 

Séverine BOUVIER – Enseignante – CFA de Laval
« J’ai vraiment apprécié l’idée que la rupture d’un contrat ou d’un apprentissage n’est pas considérée ici comme un échec. En effet, cette rupture n’est pas une fin en soi car la personne a la possibilité de reprendre des études, une formation en alternance ou passer une validation des acquis tout au long de sa carrière. Comme il y a le plein emploi, le jeune peut décider de travailler puis de revenir étudier. J’ai également adorée la « cool attitude » des professeurs, leur bienveillance et leur tolérance. »

 

Sandrine ROUX – Formatrice – Campus de GAP
« Ces projets Erasmus + sont très enrichissants d’un point de vue personnel et professionnel. J’ai découvert un magnifique pays et un système éducatif porté par le plein emploi. J’ai apprécié d'échanger avec les autres participants sur l'organisation de notre travail et sur nos pratiques pédagogiques : cela vaut de l’or ! Tout ce je peux prendre, je le prends et cela m’enrichit. Cette expérience me donne des idées et surtout la motivation à réaliser à nouveau des projets de mobilité avec les alternants afin qu’ils puissent eux aussi découvrir "l'ailleurs". »

 

Anthony GANDUBERT – Enseignant – CFA Laval
« Au niveau de la langue, cela a été un peu compliqué, mais j’ai tout de même réussi à m’en sortir et comprendre l’essentiel grâce à l’effort d’Hélène Gray et des autres intervenants Islandais. J’ai plus apprécié les interventions de la fin de semaine car cela correspondait mieux à notre situation de travail. J’ai adoré visiter les établissements, j’aurai apprécié aller plus loin comme par exemple suivre un cours en m’immergeant dans une classe. Lors de la visite des Olympiades des métiers, j’ai pu échanger avec un professeur de mécanique automobile qui lui, m’a fait découvrir leurs différents appareils et supports techniques qu’ils utilisent pour former leurs jeunes. J’ai vraiment apprécié ce moment. C’est un pays vraiment super. J’ai l’impression que même si la densité de population est faible, ils trouvent les moyens nécessaires au bon fonctionnement du pays. Vivre sur une ile, c’est un mode de vie particulier avec forcément beaucoup de points négatifs mais l’Islande dispose de gros moyens d’importation et un développement touristique au rendez-vous. Pour finir, je peux dire que ce projet de mobilité est très enrichissant et très intéressant, il me confirme que notre système de formation par alternance n’est pas si mal et que nous devrions garder un regard positif sur une éventuelle rupture de contrat, changement de voie, échec,… »

 

Valérie Pawloff - Professeur, référente Démarche Qualité RESEAU et Agenda 21 au CFAR René Villeneuve à Digne Les Bains 04 -CMAR PACA
« Ce bref séjour à Reykjavik m’a permis de faire le constat des avancées d’une formation « pilotée » par les besoins des entreprises Un accueil très chaleureux, de nombreux intervenants et une interlocutrice « Hélène » soucieux de communiquer au mieux sur leur modèle de développement. Trois journées très riches en enseignements, ponctuées par de nombreux échanges à propos avec mes collègues du « Blue Lagoon ». »

 

Arnaud BEURTON – Directeur – CFA IREAM
« L’Islande est un pays très accueillant qui prend à cœur ses problématiques. En moins de 10 ans, en raison de la crise financière de 2008, ce pays a su opérer une mutation globale de son économie. Il a investi massivement dans son système d’apprentissage et de formation en multipliant par 4 les budgets ! Ainsi, l’activité principale est passée de la finance au tourisme avec pour 2017 une prévision de 2,5 millions de touristes pour un pays de 330 000 habitants ! Une belle réussite grâce à un pilotage axé sur les besoins des entreprises et défini par les partenaires sociaux ! »

 

Camille TALBOT – Directrice des services de la CMA 50
« Une expérience très enrichissante qui permet d’appréhender une autre organisation du monde de la formation professionnelle au sein d’un même espace européen. Trois jours ne sont sans doute pas suffisants pour apporter une analyse fine des différences qui existent entre nos deux systèmes, mais cela m’a permis à tout le moins de « sentir » à quel point le monde de l’entreprise est au cœur de toutes les décisions qui touchent la formation professionnelle en Islande, ce qui m’a beaucoup marquée. L’accueil que nous avons reçu a été excellent, et la dynamique de groupe très productive. Et ne boudons pas le plaisir personnel de découvrir une autre culture, qui est toujours une source d’émerveillement et de bonheur pour moi ! »

 

Isabelle TALVAST – directrice CFA 50
« Le World Happiness Report 2017 classe 155 pays.
L’Islande est sur la 3ème marche du podium alors que la France n’est que 31ème !!!
Il accorde une attention particulière au Bien Etre au travail et à la Bienveillance…  Bravo !!!   Cette 3ème place dans le classement n’est pas le fruit du Hasard !!! »

 

 


Visite d’étude sur l’innovation pédagogique en Islande
Un groupe de 15 personnes composé de directeurs de CFA, formateurs et référents mobilité s'est rendu du 13 au 17 mars dernier à Reykjavik. Cette rencontre a permis de découvrir le système de formation professionnelle islandais, de visiter la finale nationale des Olympiades des métiers et d'échanger sur les pratiques pédagogiques. Découvrez les impressions et les témoignages des participants à ce voyage.

Témoignages

Dominique MOUGENOT -  Coordinateur pédagogique – CFA d’Epinal
« A 52 ans, c’est mon 1er grand voyage…. Je n’avais jamais pris l’avion et c’est une très belle expérience. Cela m’a permis de vivre ce qu’un jeune en mobilité peu ressentir. J’avais beaucoup d’a priori et voyager en Islande a été une sacrée étape pour moi. Je suis bien content de l’avoir fait ! Et puis, ce voyage me permet de prendre du recul sur ma pratique car ce n’est pas tous les jours qu’on a le temps. Je pensais qu’en France nous n’étions pas au niveau à force de nous parler des modèles nordiques et allemands, et je m’aperçois que notre pratique de l’alternance est très avancée. En Islande, les périodes en entreprise sont très longues (entre 1 an et 1,5 an pour un cuisinier) avec des périodes de 6 mois en école. En France nous sommes dans la mixité et une meilleure répartition entre l’école et l’entreprise. En venant en Islande, je pensais trouver une avancée de 3 à 5 ans pour me permettre de me projeter mais cela n’est pas le cas. Cet échange me conforte dans le sens que je donne à mon travail.  J’ai été étonné que l’on parle de qualité/service client, alors qu’en France il y a centration sur le jeune. Enfin, la langue est un faux problème pour voyager ! »

 

Nathalie BLANC – Responsable pédagogique – CFA du BEAUSSET (83)- URMA PACA
« Ce voyage est l’occasion pour moi de découvrir l’univers Erasmus. J’ai eu un très bon ressenti : nous avons été très bien accueillis et les intervenants se sont adaptés à nos demandes et à nos questions. C’est dommage que la visite en entreprise n’ait pas pu avoir lieu mais la visite de l’école a été très instructive. C’est très intéressant de voir les espaces, l’environnement dans lesquels évoluent les jeunes. J’ai pu prendre des photos de situations pédagogiques, de configuration de salle de classe, d'affichage"- qui seront transférables ou bien qui peuvent questionner? et que j'ai voulu le partager de manière instantanée avec mes collègues restés en France. »

 

Florence TAVARD FAVRELIERE – Directrice CFA Niort
« On rêve beaucoup des pays nordiques et de leur mode d’éducation mais quand on parle « alternance », notre modèle n’est pas si mauvais. On a une très bonne base même si c’est perfectible. Nous devons progresser sur notre capacité à rendre plus visible les choses. Nous devons voir le verre plein plutôt que vide et avoir confiance en nos jeunes, en nos équipes et en l’entreprise. Et se dire que notre objectif  c’est de rendre le jeune autonome et ça les Islandais l’ont bien compris. Nous devons changer notre posture : dans les animations de classe, il faut mettre les jeunes plus en activité, les mettre en recherche permanente et améliorer encore notre lien avec les entreprises. Il faut améliorer, développer notre système même si nous sommes sur le bon chemin. L’Islande repense ses périodes d’alternance centre entreprise jugées trop longues et ne favorisant pas le lien avec l’entreprise. Là, où nous avons beaucoup à apprendre de l’Islande, c'est au niveau système de financement et sa construction, travailler en amont les référentiels avec les entreprises en partenariat avec les collèges d’employeurs et de salariés pour l’ensemble des diplômes. Ceci permettrait à chacun une plus grande exigence et un meilleur fonctionnement. Les entreprises et les centres de formation ne pourraient plus se renvoyer la balle de ce qui ne fonctionne pas. »

 

Olivia MENARD – Formatrice et animatrice pédagogique - CFA Poitiers
« J’ai apprécié les échanges au sein du groupe, le contact humain a été facile même en groupe mixé nous avons échangé tous et tous ensemble. Comme il y avait plusieurs points de vue et des approches pluridisciplinaires (formateurs, référent pédagogique, Secrétaire général et directeur), cela a été très riche. Lors des différentes présentations du système islandais, on perçoit une "positive attitude". Pour les islandais, les difficultés ne sont pas vues comme des obstacles mais comme des opportunités pour progresser. Les mots clés que je retiendrai de mon voyage sont : efficacité, amélioration permanente et dialogue. »

 

Luc GARCIA – Référent mobilité – CFAI de Lezignan
« J’ai apprécié les échanges entre nous dès la réunion du mois de janvier à l’APCMA avant même de faire notre voyage en l’Islande. J’ai ressenti une bonne cohésion d’équipe et une liberté de parole. La présentation de la situation économique en Islande m’a permis de contextualiser les informations reçues. En effet, comme il y a le plein emploi, le système d’alternance est à la traine. Je n’ai vus que peu de choses transposables car notre système est en avance mais il est masqué par le taux de chômage.
La barrière de la langue s’est vite estompée, je n’ai pas eu de problème de compréhension. Hélène Gray à IDAN a été 100% disponible pour nous. Le soir nous avons pu profiter pour découvrir la vie islandaise et les paysages. Cela fait aussi parti d’un voyage d’étude ! J’envisageais de pendre des contacts en Islande pour une mobilité mais le coût de la vie est trop élevé. Les jeunes ne pourraient pas profiter de la vie sociale du pays. Nous avons rencontré des jeunes qui ont dû trouver un boulot en plus de la bourse Erasmus + pour pouvoir payer leur loyer très élevé. Quand j’emmène un groupe, il faut partager le temps entre immersion en entreprise, sortie, activité mais tout est cher en Islande !  »

 

Séverine BOUVIER – Enseignante – CFA de Laval
« J’ai vraiment apprécié l’idée que la rupture d’un contrat ou d’un apprentissage n’est pas considérée ici comme un échec. En effet, cette rupture n’est pas une fin en soi car la personne a la possibilité de reprendre des études, une formation en alternance ou passer une validation des acquis tout au long de sa carrière. Comme il y a le plein emploi, le jeune peut décider de travailler puis de revenir étudier. J’ai également adorée la « cool attitude » des professeurs, leur bienveillance et leur tolérance. »

 

Sandrine ROUX – Formatrice – Campus de GAP
« Ces projets Erasmus + sont très enrichissants d’un point de vue personnel et professionnel. J’ai découvert un magnifique pays et un système éducatif porté par le plein emploi. J’ai apprécié d'échanger avec les autres participants sur l'organisation de notre travail et sur nos pratiques pédagogiques : cela vaut de l’or ! Tout ce je peux prendre, je le prends et cela m’enrichit. Cette expérience me donne des idées et surtout la motivation à réaliser à nouveau des projets de mobilité avec les alternants afin qu’ils puissent eux aussi découvrir "l'ailleurs". »

 

Anthony GANDUBERT – Enseignant – CFA Laval
« Au niveau de la langue, cela a été un peu compliqué, mais j’ai tout de même réussi à m’en sortir et comprendre l’essentiel grâce à l’effort d’Hélène Gray et des autres intervenants Islandais. J’ai plus apprécié les interventions de la fin de semaine car cela correspondait mieux à notre situation de travail. J’ai adoré visiter les établissements, j’aurai apprécié aller plus loin comme par exemple suivre un cours en m’immergeant dans une classe. Lors de la visite des Olympiades des métiers, j’ai pu échanger avec un professeur de mécanique automobile qui lui, m’a fait découvrir leurs différents appareils et supports techniques qu’ils utilisent pour former leurs jeunes. J’ai vraiment apprécié ce moment. C’est un pays vraiment super. J’ai l’impression que même si la densité de population est faible, ils trouvent les moyens nécessaires au bon fonctionnement du pays. Vivre sur une ile, c’est un mode de vie particulier avec forcément beaucoup de points négatifs mais l’Islande dispose de gros moyens d’importation et un développement touristique au rendez-vous. Pour finir, je peux dire que ce projet de mobilité est très enrichissant et très intéressant, il me confirme que notre système de formation par alternance n’est pas si mal et que nous devrions garder un regard positif sur une éventuelle rupture de contrat, changement de voie, échec,… »

 

Valérie Pawloff - Professeur, référente Démarche Qualité RESEAU et Agenda 21 au CFAR René Villeneuve à Digne Les Bains 04 -CMAR PACA
« Ce bref séjour à Reykjavik m’a permis de faire le constat des avancées d’une formation « pilotée » par les besoins des entreprises Un accueil très chaleureux, de nombreux intervenants et une interlocutrice « Hélène » soucieux de communiquer au mieux sur leur modèle de développement. Trois journées très riches en enseignements, ponctuées par de nombreux échanges à propos avec mes collègues du « Blue Lagoon ». »

 

Arnaud BEURTON – Directeur – CFA IREAM
« L’Islande est un pays très accueillant qui prend à cœur ses problématiques. En moins de 10 ans, en raison de la crise financière de 2008, ce pays a su opérer une mutation globale de son économie. Il a investi massivement dans son système d’apprentissage et de formation en multipliant par 4 les budgets ! Ainsi, l’activité principale est passée de la finance au tourisme avec pour 2017 une prévision de 2,5 millions de touristes pour un pays de 330 000 habitants ! Une belle réussite grâce à un pilotage axé sur les besoins des entreprises et défini par les partenaires sociaux ! »

 

Camille TALBOT – Directrice des services de la CMA 50
« Une expérience très enrichissante qui permet d’appréhender une autre organisation du monde de la formation professionnelle au sein d’un même espace européen. Trois jours ne sont sans doute pas suffisants pour apporter une analyse fine des différences qui existent entre nos deux systèmes, mais cela m’a permis à tout le moins de « sentir » à quel point le monde de l’entreprise est au cœur de toutes les décisions qui touchent la formation professionnelle en Islande, ce qui m’a beaucoup marquée. L’accueil que nous avons reçu a été excellent, et la dynamique de groupe très productive. Et ne boudons pas le plaisir personnel de découvrir une autre culture, qui est toujours une source d’émerveillement et de bonheur pour moi ! »

 

Isabelle TALVAST – directrice CFA 50
« Le World Happiness Report 2017 classe 155 pays.
L’Islande est sur la 3ème marche du podium alors que la France n’est que 31ème !!!
Il accorde une attention particulière au Bien Etre au travail et à la Bienveillance…  Bravo !!!   Cette 3ème place dans le classement n’est pas le fruit du Hasard !!! »

 

 

 

 
Cliquez ici pour voir l'animation
 
 
Cliquez ici pour voir l'animation